Tenir ensemble.

02 Nov 2020

En ce jour de rentrée après les vacances scolaires, je voulais sincèrement vous faire part de mon soutien en ces périodes difficiles.

Nous devons à la fois lutter contre un fléau sanitaire et économique, la COVID-19, et celui terrible aussi du terrorisme.

Nous allons vers des jours et des mois encore difficiles mais nous ne nous en sortirons que si nous restons unis et soudés.

Je déplore certaines polémiques déplacées quand il s’agit de faire front pour sauver des vies. Et le courage politique est celui de prendre des décisions même quand elles sont impopulaires. Le gouvernement et sa majorité dont je fais partie ne se préoccupent pas de la prochaine élection pour prendre des décisions : nous nous occupons avant tout de la protection des Françaises et des Français. La priorité n°1 est de sauver des vies.

J’ai donc aujourd’hui une pensée pour tous les enseignants, les élèves et le personnel scolaire qui ont fait leur rentrée ce matin dans ce contexte si particulier. Et je m’associe bien sûr à l’hommage à Samuel Paty qui aura lieu dans ce cadre.

J’ai une pensée aussi pour tous les soignants qui sont déjà dans une situation compliquée et que nous devons absolument soutenir, au-delà des moyens matériels fournis.

Comment ? En respectant les consignes données qui sont issues d’un avis d’un conseil scientifique et qui ne sont pas que des décisions purement politiques ! Il en est de même pour nos voisins européens qui ont déjà pris des dispositions identiques. Nous ne sommes pas les seuls ! Malheureusement !

Je ne serai pas plus longue. Je rajouterai simplement que nous serons là pour aider toutes celles et ceux qui économiquement vont souffrir de ce deuxième confinement, comme nous l’avons fait lors de la première vague.

Des annonces fortes ont été faites que je vais relayer dans les prochains jours pour que chacune et chacun s’en saisisse.

C’est cela qui importe, soutenir et protéger, soutenir celles et ceux qui en ont besoin, protéger toutes les Françaises et tous les Français contre ce virus et parfois malgré eux.

Parce que le virus tue ! Et pour celles et ceux qui refusent de voir ou d’entendre, la vérité est bien celle-là, aujourd’hui en France :
› Un malade toutes les 2 secondes
› Une hospitalisation toutes les 30 secondes
› Un mort toutes les 4 minutes

Prenez bien soin de vous et de ceux que vous aimez.

Marie-Christine Verdier-Jouclas
Députée du Tarn