Rencontre avec un artisan d’art en dinanderie

Le 9 juin 2019, Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée du Tarn, a effectué une rencontre passionnante avec un passionné ! Jonathan Soulié qui l’a accueillie est artisan d’art en dinanderie ; ils sont 15 en France et 4 à avoir gardés la technique ancestrale. Son parcours est atypique et pour autant ils seront de plus en plus nombreux à le faire. Cet ancien cadre d’entreprise est devenu dinandier après une rencontre avec un matériau, le cuivre. Son métier consiste à travailler le cuivre mais avec une spécialité, fabriquer des objets de décoration plutôt que des ustensiles de cuisine, et il utilise une technique unique, travailler sur une feuille entière et la marteler en la chauffant au préalable pour la ramollir, pour lui donner la forme voulue jusqu’à parfois la refermer sur elle-même. Il a aussi la possibilité de lui donner une autre couleur en accélérant une oxydation. La pièce qu’il a présentée au Grand palais à Paris, dans le cadre du « Salon Révélations – Biennale internationale métiers d’art et création  » pour lequel il a été sélectionné du 22 au 26 mai 2019 est remarquable ! Cette rencontre a été organisée, dans le cadre de la semaine nationale de l’artisanat, par l’union des entreprises de proximité (U2P), une organisation qui accompagne les TPE-PME, les artisans et les commerces de proximité.

Pour faire une pièce, les différentes étapes sont nombreuses, ce sont des semaines entières de travail, parfois une cinquantaine de chauffe et plus de 2 500 coups de marteaux. Admirative et en toute modestie, Marie-Christine Verdier-Jouclas s’est prêtée à l’exercice de chauffe et de martèlements d’une pièce. C’est un art !! Marie-Christine Verdier-Jouclas remercie beaucoup Jonathan Soulié pour ce moment d’échanges et de partage !

Sur le site internet de M. SOULIÉ vous pourrez lire ceci, que Marie-Christine Verdier-Jouclas a envie de partager avec vous :

« Je suis un doux rêveur qui a un jour décidé d’assouvir ma soif de créativité, en redonnant ses lettres de noblesse à un savoir-faire rare et ancestral de ma région : la Dinanderie.
Depuis ma plus tendre enfance mon regard sur le monde est différent. J’ai appris à apprivoiser le bonheur au contact de la nature et de personnes bienveillantes. Ma capacité à percevoir le monde m’a toujours permis de rêver éveillé, la tête dans les étoiles et les pieds sur terre. J’ai décidé de voyager dans mon esprit et de n’avoir comme seule limite que celle de mon imagination.
Aujourd’hui, mon travail nait de l’authenticité et de la sensibilité que je puise dans la réinterprétation de la nature et de mon environnement. Je cherche à mettre en valeur les creux et les bombés à travers des volumes et des courbes. Le métal peut être nu ou habillé par des patines et des laques.
Mon objectif reste toujours le même, jouer sur les contrastes pour mettre en valeur la « lumière ».
Je m’amuse de l’ambiguïté de l’artisan-artiste ou artiste-artisan. Je ne cherche pas la perfection (pure invention humaine), mais plutôt l’équilibre. L’équilibre entre les codes d’un objet imaginé par l’homme et l’élégance subtile et organique de la nature.
J’ai eu une autre vie avant de rencontrer ce métier. Mais j’ai fait un choix. Celui de ne pas laisser disparaitre un savoir-faire de notre patrimoine et d’y consacrer ma vie !
De formation technique et avec une imagination fertile, ma vie a toujours été tournée vers le travail du bois, de l’acier… Mais il m’a toujours manqué un support me permettant d’exprimer totalement cette créativité…puis j’ai découvert le travail du cuivre et du laiton à travers la technique de la dinanderie.
Cette technique rare, j’ai souhaité en apprendre les bases de façon traditionnelle et auprès de professionnels historiquement reconnus. Ce fut donc le cas aux côtés d’Olivier Courtot (Meilleur Ouvrier de France – Compagnon du devoir) et de Jean-Jacques Bonnafous dernier chaudronnier sur cuivre du village emblématique de Durfort (TARN).

La suite … les expérimentations de matières, de formes ou de patines sont le fruit d’un travail autodidacte. »

Pour plus d’informations, cliquez ici