Cérémonie de la Sainte Barbe à Albi

Discours de Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée du Tarn
Je  souhaite exprimer  mon immense plaisir d’avoir été associée à la grande famille des sapeurs-pompiers et de la sécurité civile, dans sa diversité et sa richesse, pour la fête de la Sainte-Barbe, moment traditionnel de convivialité qui illustre les valeurs de solidarité et d’entraide qui sont les leurs.
C’est aussi un honneur pour moi de leur exprimer la reconnaissance de nos citoyens. Les Françaises et les Français sont fiers de leur courage et du travail qu’ils nous apportent à travers leur engagement et leur dévouement au quotidien.
Cet engagement et ce dévouement nous pouvons les mesurer lors des nombreuses interventions qu’ils effectuent sur le terrain.
Au niveau national, 6 500 centres d’incendie et de secours sont répartis sur l’ensemble du territoire et permettent d’intervenir en moins de 10 minutes au secours des victimes, qui sont environ 10 000 chaque jour. Les sapeurs-pompiers prennent donc en charge une victime toutes les 7 secondes.
Permettez-moi de revenir également sur certaines mesures présentées par le Gouvernement lors du 125ème Congrès des sapeurs-pompiers, qui a eu lieu à Bourg-en-Bresse, en septembre dernier, et particulièrement celles qui concernent le volontariat.
En effet, lors de ce congrès, un « plan d’action pour le volontariat » a été annoncé afin d’améliorer le statut du volontariat, suite à la crise que tous les centres ont connu jusqu’en 2014. Ce plan met trois axes d’action en œuvre :
– Attirer et susciter des vocations, particulièrement chez les femmes et les jeunes issus des quartiers prioritaires
– Fidéliser et mettre le sapeur-pompier volontaire au cœur du dispositif
– Diffuser les bonnes pratiques et s’assurer de l’utilisation de tous les outils mis à disposition
Il y a, ainsi, une nécessité d’augmenter le nombre de volontaires, car le turn-over est important, un tiers des sapeurs-pompiers ne vont pas au-delà de 5 ans. Cela passera notamment par des bonifications de retraite et une amélioration de la protection sociale.
Par ailleurs, les services de l’Etat prennent en compte l’évolution de votre métier vers le secours d’urgence à la personne, qui représente aujourd’hui 84% de leurs interventions.
Il est aussi important de mieux les protéger des incidents dont ils sont victimes lors de leurs interventions, alors que leurs actions visent à sauver des vies. Cette protection, nous la leur devons.
A travers les différentes mesures du Gouvernement, et à travers le plan d’action pour le volontariat, qui commence à être mis en œuvre, ils ont été entendus, et des solutions sont apportées afin de répondre à leurs attentes. Il est maintenant de notre devoir, nous, parlementaires, de faire en sorte qu’elles seront mises en œuvre et respectées.
Je conclurai en leur disant que la grande famille qu’ils forment est un témoignage fort de l’esprit de dévouement et du sens du devoir qui devraient animer notre nation. Les défis sont immenses mais, volontaires ou professionnels, civils ou militaires, eux, les sapeurs-pompiers prouvent, au quotidien et de façon désintéressée, qu’ils sont les meilleurs pour les relever. Une société qui s’engage comme le font les pompiers est une société plus résiliente, plus unie, et par conséquent, une société plus forte.
Vivent les sapeurs-pompiers !
Vive la République !
Et vive la France !