Cérémonies commémoratives de la libération à Carmaux, Graulhet et Albi

Rendre hommage pour ne pas oublier est plus qu’un devoir. C’est donc en présence de nombreux élus et des associations, telles que l’ Union départementale des combattants volontaires de la Résistance du Tarn, les anciens combattants de Carmaux, de Graulhet, les résistants du maquis « Lulu », les prisonniers de guerre et les déportés,  la FNACA ou encore l’Union fédérale et anciens d’Algérie, que nous avons à l’invitation des collectivités, marqué ces journées. Nous avons également rendu hommage, pour Graulhet, aux descendants du Colonel, Michel et Jean-Louis  Naudy, marqué ces journées. Ces hommages ont eu lieu les 16, 18 et 19 août.

Le 16 août, tout d’abord, à Carmaux, au parc Jean Jaurès, où les enfants étaient présents pour rappeler les faits de guerre de leurs parents.

Le 18 août, ensuite, a eu lieu l’inauguration d’une plaque sur la maison du Colonel, à Graulhet, suivie d’ un dépôt de gerbe au cimetière St Roch au caveau des maquisards, et plusieurs discours à l’Hôtel de ville ont été effectués.

J’ai été honorée d’avoir été invitée et de pouvoir être avec Jean-Louis Naudy, que je connais bien, car il a été un de mes anciens collègues, pour rendre hommage à son père.

Le 19 août enfin, j’étais présente à Albi , aux monuments aux morts, aux côtés de la maire d’Albi et du Sous-Préfet.

Je fais partie de ces femmes et de ces hommes appartenant à une génération qui a la chance de ne pas connaître la guerre et je me pose souvent la question : qu’aurais-je fait à la place de celles et de ceux qui se sont battus pour nous et qui ont risqué leurs vies si j’avais vécu à ce moment-là ? Aurais-je eu leur courage ? Aurais-je eu leur abnégation ? Aurais-je eu la force de mettre en danger ma vie et celles de mes proches ? Je ne le sais pas et personne ne peut le savoir vraiment. Car le dire c’est une chose mais agir en est une autre. Alors n’oublions pas cela, n’oublions pas nos héros, et n’oublions pas que si nous avons crée l’Europe, c’est aussi pour amener la paix. Non, ne l’oublions pas et racontons-le, encore et encore. Je remercie toutes celles et ceux qui, au travers des associations des anciens combattants et des portes drapeaux, nous rappelle sans cesse à l’ordre en nous rappelant l’histoire. Je remercie tous les Maires de faire vivre ces commémorations et il y a eu dans ma circonscription, et dans le Tarn, plusieurs cérémonies organisées.  Que ce message circule à l’infini, auprès de nos enfants et nos petits-enfants, c’est de notre responsabilité, à chacune et chacun d’entre nous.