Congrès des maires et des élus locaux du Tarn à Lautrec

Expliquer, rassurer encore et encore… Les inquiétudes des maires face aux années à venir dans des communautés de communes de plus en plus grandes peuvent être légitimes.
Leur inquiétude quant à la taxe d’habitation par contre ne l’est pas. Et il est vrai que si le Président de l’association des Maires du Tarn, lui-même se pose la question, cela ne rassure pas.
Et pourtant les choses ont été et sont encore très claires.
Preuve en est : les communes ont reçu le bordereau pour le vote des taux d’imposition, à l’identique de celui de l’an passé. Identique parce que justement pour les communes cela ne change rien : base dynamique qui tiendra compte des nouveaux arrivants, dégrèvement et non compensation… c’est pour le contribuable que cela va changer car à partir de novembre un peu plus de 80% de Tarnais verront leur taxe d’habitation réduire d’un tiers pour cette année. Et dans le même temps, la commune percevra la totalité de la taxe.
Donc je veux ici une fois de plus rassurer les maires sur leur fiscalité locale.

Retour sur les interventions

– Intervention du Président de l’association des Maires du Tarn, M. Fernandez sur la baisse des dotations aux collectivités. M. Le Préfet a répondu à juste titre que les dotations globales de fonctionnement (DGF), conformément aux engagements du Président de la République, n’avaient pas baissé et au contraire dans le Tarn avaient même augmentées, et ce pour la première fois depuis 2011. Ensuite, le système de péréquation qui ne date pas d’aujourd’hui, fait que des communes individuellement peuvent avoir effectivement leur dotation diminuée parce qu’elles ont rejoint une intercommunalité plus riche.

– Intervention du Président du Conseil Départemental, Christophe Ramond, sur les 80 km/h, pour faire part de son regret concernant cette mesure qui, selon lui, pénalise notre département. M. le Préfet a répondu à juste titre, que tout le monde serait d’accord avec l’affirmation que les accidents n’arrivaient que rarement sur les autoroutes et au contraire en majorité sur les routes départementales; et plus elles sont droites et longues en distance, et plus il y a des risques d’accident. Quand il s’agit donc de sauver des vies, tout doit être tenté !

– Intervention de la Conseillère Régionale d’Occitanie, Claire Fita, sur le refus de contractualiser avec l’Etat pour les dépenses de fonctionnement et qui l’a justifié en expliquant que la Région avait un rôle primordial dans l’investissement et que de ce fait elle ne pouvait pas voir ses recettes diminuées. M. le Préfet a répondu à juste titre que la contractualisation était sur les dépenses de fonctionnement et en aucun cas celles d’investissement. Et que la région venait justement de signer avec l’Etat lors du déplacement en Haute Garonne du Premier Ministre Edouard Philippe, un contrat pour un grand plan d’investissement. Il ne pouvait donc pas entendre ces arguments.

 

En synthèse, nous pouvons dire que le jeu des politiques se font souvent malheureusement au détriment de la vérité et que les faits peuvent être détournés à des fins qui peuvent nous interroger.