Soutien aux vignerons après le passage de l’orage de grêle en Gironde

Les orages violents et surtout la grêle ont frappé les vignes de la région, dans le Nord de la Gironde mais aussi en Charente et en Charente-Maritime.

Une heure après le passage de l’orage de grêle en Gironde, les routes sont jonchées de feuilles de vigne lacérées, déchiquetées.

C’’est tout le sud de l’appellation qui est touchée. C’est un visage de désolation.

C’est plus de 7000 hectares (soit l’équivalent de 7000 terrains de foot).

Après le gel l’an passé, c’est un coup très dur pour les vignerons et pour ceux qui sont les plus fragilisés, la situation risque d’être sans appel.

J’ai apporté immédiatement mon soutien aux présidents du Conseil interprofessionnel des Vins de Bordeaux) et du BNIC (bureau national interprofessionnel du Cognac et en tant que Co-Présidente du groupe d’études Vigne Vin et Œnologie, avec mes collègues, nous demandons au Gouvernement de déclarer l’état de catastrophe naturelle, et de regarder quelles mesures financières peuvent être prises.

J’adresse ici un message sincère de solidarité à tous les vignerons concernés.

Cet épisode nous démontre qu’il y a urgence à proposer aux agriculteurs, une épargne de précaution défiscalisée digne de ce nom afin de faire face à ces aléas climatiques de plus en plus fréquents et surtout de plus en plus violents… et de regarder aussi les risques assurantiels.

À ce titre, faisant partie du groupe de travail sur la fiscalité agricole, qui doit être intégrée dans le projet de loi de finances 2018, je m’attacherai à ce que des propositions concrètes et répondant aux besoins réels, soient formulées et adoptées.

C’est également dans ce sens que je travaille en circonscription avec les la Maison des Vins de Gaillac.