Ma question à Agnès Buzyn, Ministre de la Santé « Récemment, un viticulteur de ma circonscription à Gaillac me disait qu’il aimait ses terres autant qu’il aimait la France et qu’il avait la culture de ses vignes en partage »

Lors d’une interview récente au cours d’une émission consacrée à « l’alcool, un tabou français », Agnès Buzyn, Ministère de la Santé a répondu que « scientifiquement le vin est un alcool comme les autres ». Face aux différentes inquiétudes exprimées par les parlementaires et les acteurs du secteur, j’ai échangé avec le Ministère de la Santé afin que la Ministre puisse clarifier sa position, en sachant bien sûr qu’elle s’exprime dans le cadre de son portefeuille sur les enjeux de santé publique. J’ai pu obtenir qu’une réunion soit organisée entre le ministère et tous les députés de la majorité qui le souhaiteraient.

De plus, au cours des Questions au gouvernement, j’ai posé une question à Agnès Buzyn afin que le Gouvernement puisse clarifier ces positions. Vous trouverez ci-joint la vidéo ainsi que le texte de mon intervention.

Dans le même temps, au-delà de mon rôle de présidente du groupe d’étude Vigne, Vin et Œnologie, je viens d’être nommée officiellement membre de la mission sur la fiscalité agricole, lancée par Bercy.

Proche de mon territoire et souhaitant entendre tous les acteurs sur tous les thèmes à aborder au sein du groupe d’étude mais aussi dans le cadre de cette mission, j’ai demandé à Cédric Carcenac d’organiser une réunion avec la profession.

Ma question s’adresse à Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé,

Vous le savez, notre patrimoine constitue une partie de notre identité. La France est connue pour son vin et nos vignerons doivent être reconnus pour leur savoir-faire et ce qu’ils apportent à notre pays.

Nous sommes nombreuses et nombreux sur ces bancs, c’est mon cas en tant qu’élue du Tarn [comme mes collègues Jean Terlier et Folliot], à être issus de terres viticoles et à être fiers des richesses qui en découlent. Collectivement, nous sommes très mobilisés pour valoriser et promouvoir tous les vins français.

Récemment, un viticulteur de ma circonscription à Gaillac me disait qu’il aimait ses terres autant qu’il aimait la France et qu’il avait la culture de ses vignes en partage.

***

Les enjeux sont bien sûr forts, différents et interministériels, et dans le cadre de votre portefeuille, vous intervenez sur les enjeux relatifs à l’alcool sur l’angle des questions de santé publique.

Cette question est sans conteste essentielle et le groupe d’étude que je co-préside sur la Vigne, le vin et l’œnologie travaillera étroitement avec votre ministère à ce sujet comme avec celui de Stéphane Travert.

*** 

Vous vous êtes récemment exprimée, dans le cadre d’un sujet consacré à [je cite] « le tabou de l’alcool ».

Aujourd’hui, nombre de viticulteurs et d’acteurs concernés sont inquiets et les messages du Gouvernement doivent être clarifiés et réaffirmés :

Aussi, Madame la Ministre, pouvez-vous nous exposer en quoi les objectifs poursuivis par votre ministère ne sont pas incompatibles avec la stratégie de la majorité afin de soutenir la filière, les vignerons et les viticulteurs ?

Et donc nous rappeler pourquoi, bien qu’étant scientifiquement un alcool, le vin ne peut être considéré comme les autres pour le Gouvernement.

Je vous remercie.