Ma question d’actualité sur l’apprentissage à Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’éducation nationale

Monsieur le Ministre,

Cher-e-s collègues,

À quelques semaines de la rentrée, le futur versement de l’allocation de rentrée scolaire constitue une véritable aide à vocation sociale dont l’utilité est indispensable pour les élèves et leurs familles. A ce propos, pouvez-vous nous rappeler combien de familles sont concernées par ce dispositif et quels sont les objectifs poursuivis par le Gouvernement ?

***

Par ailleurs, je tiens aussi à aborder aujourd’hui la question de la formation de nos collégiens. Force est de constater que le taux de réorientation chez les jeunes dans les deux années après le baccalauréat général est en nette augmentation depuis 4 ans sachant que la décision d’orientation après la 3ème appartient depuis 2 ans aux parents : c’est (je cite) « le dernier mot aux parents ».

De plus en plus d’élèves mènent des études dans des séries générales par défaut, c’est-à-dire sans avoir ni le niveau attendu ni véritablement la motivation.

Le parcours de ces jeunes met en lumière la difficulté pour les enseignants et la communauté éducative dans son ensemble de mener à bien leur mission.

En fait, dès la fin du collège, ils auraient pu emprunter d’autres voies de la réussite qui existent déjà comme les séries professionnelles ou technologiques mais qu’il est nécessaire de revaloriser à leurs yeux et à ceux de leurs parents.

Ces séries doivent également être développées. Elles sont en effet si contingentées et souvent si peu nombreuses que les élèves les plus en difficultés ne sont pas acceptés. Ils reviennent donc dans un cursus général pour de mauvaises raisons.

Selon, Jules Ferry : » Chaque époque rêve la suivante ». Monsieur le Ministre, face à ce constat et à notre volonté de renforcer l’égalité des chances, comment donner du sens aux apprentissages afin de créer les conditions de la réussite pour tous ?

Je vous remercie.